Bonjour à tous,

Ça y est, nous voici arrivés en Mauritanie. Après les formalités à Nouakchott, les retrouvailles au Parc du Diawling, nous avons pris la route du Hodh el Gharbi, dont ses zones humides sont la cible principale de notre mission.

En chemin, une visite à M’barwadji puis à
Guimi, les deux zones humides où nous avions l’année précédente capturé respectivement un et deux Phragmites aquatiques nous a permis de prendre la mesure de la grave sécheresse qui s’abat actuellement sur le Sahel. Le Sud-Est
mauritanien n’échappe pas à la règle ; il est à craindre que les
nombreuses tamourts que nous projetions de prospecter ne soient ou bien complètement à sec comme M’barwadji ou Guimi (photo), ou alors, si un peu d’humidité subsiste, soumises à
une pression terrible par le bétail et l’arrosage des cultures.

Pour être correctement et définitivement fixés, nous
rencontrons demain le responsable local en environnement. De cet entretien,
nous en déduirons la conduite à tenir, et verrons s’il faut enterrer le projet
‘halte migratoire dans le Hodh el Gharbi.

En souhaitant que les milliers d’oiseaux que nous avions pu observer sur les zones humides temporaires de Mauritanie aient pu trouver refuge ailleurs…

Etienne

Photos : Tamourt de Guimi, pour rappel la saison des pluies s’étend de juillet à octobre

Guimi le 26 Janvier 2011, 2 Phragmites aquatiques capturés

Guimi le 22 Décembre 2011